DOULEUR À LA MARCHE, AVEZ-VOUS UN BON ALIGNEMENT DU MEMBRE INFÉRIEUR ?

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Bon pour la course mais pas pour la marche ?

C’est connu, tous les coureurs portent une grande attention à leur biomécanique lorsqu’ils courent afin de minimiser les risques de blessures. À quelques détails près, la marche et la course sont deux activités très semblables. Il a été prouvé scientifiquement que si votre alignement du membre inférieur est modifié ou n’est pas optimal (lors de la marche ou la course), le risque de blessures augmente considérablement.

Quoi doit-on regarder ?

Voici quelques points à observer, si la douleur est d’un seul côté :

Debout statique (sans bouger)

  • La symétrie des segments (jambes): Ont-elles le même alignement ?
  • Le pied est-il plat ou creux ?
  • La cheville est-elle affaissée vers l’intérieur ?

Debout dynamique (en mouvement)

  • Le genou a-t-il tendance à se diriger vers l’intérieur lorsque vous faites un pas ?
  • Est-ce que le pied s’affaisse lorsque vous faites votre pas ?
  • Est-ce que vos pas sont de la même longueur ?

Évidemment, il y a plusieurs autres points techniques à vérifier. Votre physiothérapeute pourra vous guider dans l’analyse de votre patron de marche.

Vous souffrez d’arthrose ?

Une étude a démontré que chez des personnes souffrant d’arthrose, la correction dynamique de la marche a :

  • Diminué la prise d’anti-inflammatoires et analgésiques ;
  • Diminué l’absentéisme au travail ;
  • Diminué l’utilisation de techniques d’imagerie (IRM) ;
  • 7 patients sur 11 ont retardé leur chirurgie pour un remplacement de genou.

 

Chez les sportifs

Il est important de vérifier s’il y a des faiblesses musculaires principalement au niveau du bassin. Les groupes musculaires reliés à cette région anatomique contrôle en grande partie l’alignement du genou. Pour éviter les blessures, en plus de s’attarder à la force, la proprioception et la biomécanique du membre inférieur sont des composantes essentielles à considérer. Même si le sportif ne ressent aucune douleur, il est important de vérifier les différents marqueurs biomécaniques cités plus haut pour éviter d’éventuelles blessures. Il a été prouvé que chez les sportifs ayant une faiblesse au niveau des hanches, les risques de blessures du genou augmentaient de façon significative, particulièrement chez les femmes.

 

Suite à une chirurgie

Il arrive parfois que malgré une chirurgie au genou (arthroplastie ou ligament croisé antérieur), les gens demeurent avec une douleur. Une des raisons possibles, est la mauvaise biomécanique du membre inférieur. Imaginez un sportif qui se rupture le ligament croisé antérieur en raison d’une faiblesse des muscles reliés à la hanche. Il se fait opérer, fait sa réadaptation selon le protocole de l’orthopédiste (augmentation de la mobilité et de la force du genou, etc.) et tente un retour au jeu par la suite. Malgré les bons soins reçus, si l’athlète ne s’assure pas de développer une bonne force musculaire des muscles de la hanche, ses risques de blessures demeurent élevés.

Une personne bien connue en fait foi : Carey Price (blessure au ligament latéral interne). L’équipe traitante du Canadiens de Montréal s’est assurée que le célèbre gardien de but ait une bonne force musculaire pour éviter une rechute. C’est pourquoi il a manqué presque toute la saison dernière.

 

Si vous avez des interrogations concernant votre douleur au genou, n’hésitez pas à communiquer avec l’un de nos physiothérapeutes. Il se fera un plaisir de vous éclairer et de vous aider à vous rétablir le plus rapidement possible.