La capsulite et l’épaule raide

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Bien des gens rapportent des douleurs à l’épaule accompagnées d’une raideur articulaire, c’est-à-dire qu’à l’utilisation, cette dernière est douloureuse et moins fonctionnelle.

Évidemment, il serait simpliste de parler automatiquement d’une capsulite, mais plusieurs signes cliniques permettront au physiothérapeute de reconnaître la présence d’une capsulite gléno-humérale. S’il s’agit de cette affection, votre clinicien sera en mesure d’identifier le niveau d’atteinte (se situant entre le stade I à IV) lors de l’évaluation.

Y’a-t-il des facteurs prédisposants? La plupart des capsulites apparaissent suite à une blessure à l’épaule (tendinite, bursite) ou suite à une immobilisation prolongée de celle-ci. La présence d’arthrose et certains facteurs de santé connexes (diabète, hyperthyroïdie) sont aussi des éléments qui peuvent favoriser le développement d’une capsulite. Par contre, dans certains cas, il est impossible de connaître l’origine précise de cette pathologie.

Qui est le plus touché? (Référence; Kelley, 2009) De 2 à 5% de la population seront atteints d’une capsulite au cours de leur vie, et ce, plus fréquemment les femmes que les hommes. On révèle que la moyenne d’âge la plus susceptible de subir ce type de diagnostic est entre 40 et 65 ans. De plus, un individu qui développe une capsulite à l’épaule a 30% de chance de faire une autre capsulite, mais cette fois-ci de l’autre épaule.

Donc si votre épaule vous fait souffrir ou que vous êtes limités dans vos mouvements, votre physiothérapeute pourra vous accompagner afin de retrouver vos fonctions tout en contrôlant l’irritabilité.

N’hésitez pas à communiquer avec nous au 418 543-1147 pour nous joindre à la Clinique de Chicoutimi-Nord ou au 418-548-1888 pour celle d’Arvida.